Nous sommes le  

Accueil > Actualité > Journée mondiale des légumineuses : La deuxième édition célébrée à (...)

Journée mondiale des légumineuses : La deuxième édition célébrée à Réo

LEFASO.NET

mardi 11 février 2020

La commune de Réo, dans la province du Sanguié, région du Centre-Ouest, a abrité, ce 10 février 2020, la célébration de la deuxième Journée mondiale des légumineuses sous le thème « Promotion des légumineuses dans un contexte d’insécurité et de changement climatique : défis et perspectives ». La célébration de cette journée vise à promouvoir le développement des chaînes de valeur des légumineuses au Burkina Faso. C’était en présence de l’épouse du président du Faso, Sika Kaboré, marraine de cette deuxième édition ; de Clémentine Dabiré, épouse du Premier ministre ; et de membres du gouvernement.

Journée mondiale des légumineuses : La deuxième édition célébrée à Réo

La culture des légumineuses est pratiquée par 69% des ménages agricoles ruraux et génère des revenus pour ces ménages. La culture des légumineuses joue un rôle agronomique important et contribue aux besoins des populations en matière d’alimentation. A travers ses produits les plus connus au Burkina comme le niébé, le voandzou ou pois de terre, elle procure environ 4 milliards de F CFA au pays grâce à l’exportation. Cette culture aux potentialités variées est un rempart pour garantir la sécurité alimentaire au Burkina Faso.

La célébration de cette deuxième édition de la Journée mondiale des légumineuses à Réo a été une opportunité pour le ministère en charge de l’Agriculture et ses partenaires de traduire leur reconnaissance aux braves acteurs du domaine, de mettre en exergue les potentialités des légumineuses, de sensibiliser l’opinion à l’importante contribution des légumineuses dans l’atteinte de la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Et surtout de poursuivre le plaidoyer au niveau des partenaires techniques et financiers en vue de mobiliser davantage de financements pour la promotion des légumineuses.

JPEG - 170.1 ko
Du voandzou

Le représentant de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), Dauda Sau, a déclaré que son organisation ne ménagera aucun effort pour accompagner le Burkina Faso afin de faire des légumineuses un levier stratégique pour résoudre la problématique de la sécurité alimentaire.

Cette deuxième édition, célébrée sous le thème « Promotion des légumineuses dans un contexte d’insécurité et de changement climatique : défis et perspectives », a permis de rappeler aux acteurs et aux partenaires la nécessité d’œuvrer à la sécurité alimentaire et nutritionnelle et de renforcer la résilience des populations, d’identifier les défis auxquels fait face le développement des légumineuses et de proposer des perspectives pour une meilleure promotion.

JPEG - 144.6 ko
Sika Kaboré remettant du materiel à Florent Ouédraogo

En effet, la productivité des légumineuses au Burkina reste faible. Seuls le voandzou et l’arachide ont atteint au moins 50% de leur rendement. Mais l’amélioration de la productivité reste donc le plus grand défi pour le développement des légumineuses.

Pour booster les rendements, des producteurs ont bénéficié, lors de cette journée, d’intrants agricoles et de matériel composé de charrettes, de charrues, etc. « Cet appui est un appel à produire plus car cette culture permet aux producteurs d’avoir des revenus comme dans d’autres cultures. Certes, l’Etat nous vient en aide mais s’il peut appuyer les acteurs de cette culture à travers des faveurs comme dans d’autres secteurs agricoles, nous pensons pouvoir faire de cette culture une solution idoine pour lutter contre la faim », a affirmé Florent Ouédraogo, bénéficiaire de matériel.

JPEG - 134.1 ko
Le ministre en charge de l’agriculture Salifou Ouédraogo

En vue de répondre aux objectifs du développement durable visant à éradiquer la faim d’ici 2020, le gouvernement et ses partenaires pour la campagne agricole 2020-2021 envisagent de mettre à la disposition des producteurs 1 346 tonnes de semences certifiés de légumineuses, soit 620 tonnes pour le niébé, 620 tonnes de soja et 206 tonnes pour l’arachide.

Les légumineuses, selon les spécialistes de l’agriculture, regorgent de nombreuses potentialités et avantages permettant de faire face au triple problème de la gestion de la fertilité des sols. En plus de leur apport alimentaire pour les populations, elles produisent également du fourrage de bonne qualité pour les animaux. Dans les pays du Sahel, « elles contribuent à réduire les effets néfastes du changement climatique et la problématique de la sécurité alimentaire et nutritionnelle », a indiqué le ministre en charge de l’Agriculture, Salifou Ouédraogo.

JPEG - 148.3 ko
Des officiels

Dans cette dynamique de promouvoir le développement des légumineuses, un comptoir d’achat de niébé, d’une capacité de stockage de 500 tonnes, financé par le Programme de croissance économique dans le secteur agricole (PCESA), a été mis à la disposition des producteurs de niébé de Réo. Pour Babou Nagalo, président de l’Union provinciale des producteurs de niébé, « avec la réalisation du comptoir, les producteurs vont mieux s’organiser ».

Malgré les efforts d’accompagnement, il faut noter que l’insuffisance de la normalisation de la conservation et du stockage des légumineuses, ainsi que la non-maitrise des nuisibles constituent un frein à la promotion des légumineuses.

JPEG - 156.2 ko
Les populations

En matière de production de légumineuses, il est attendu, pour la campagne à venir, environ 725 000 tonnes de niébé, 21 300 tonnes de soja, 447 000 tonnes d’arachide et 89 200 tonnes de voandzou.

« Je ne vais pas vous cacher mon attirance pour les légumineuses. Et j’encourage les femmes à s’y adonner car elles permettent aux femmes de subvenir à leurs besoins, même si les terres qu’elles doivent utiliser ne leur appartiennent pas encore », s’est réjouie la marraine de cette deuxième édition, Sika Kaboré.

En rappel, l’institutionnalisation de la Journée mondiale des légumineuses par l’Assemblée générale des Nations unies chaque 10 février de l’année, est l’aboutissement d’un processus débuté en février 2017 par le Burkina.

Issoufou Ouédraogo
Lefaso.net

Portfolio

  • Coupure du ruban des stands d'expositions par Sika Kaboré, epouse du (...)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Météo
Koudougou
Inconnu, Humididté : %
Max : °C
Min : °C

°C
Inconnu
Newsletter
Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité
du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter