Nous sommes le  

Accueil > Actualité > Commune de Koudougou : Elus locaux et société civile dialoguent sur la (...)

Commune de Koudougou : Elus locaux et société civile dialoguent sur la gouvernance locale

LEFASO.NET | Tambi Serge Pacôme Zongo (Stagiaire)

vendredi 24 novembre 2017

Le Labo citoyennetés, suite à son appui aux organisations de la société civile(OSC) de Koudougou à mettre en place un panel de contrôle citoyen, a organisé dans ladite ville des journées de dialogue entre ces OSC et les élus locaux, les 23 et 24 novembre 2017. Objectif : permettre une meilleure collaboration entre les membres de ce groupe et le Conseil régional. L’ouverture des travaux du panel est intervenue le jeudi 23 novembre et les panélistes ont pu échanger sur un certain nombre de points inscrits à l’ordre du jour.

Commune de Koudougou : Elus locaux et société civile dialoguent sur la gouvernance locale

Cette rencontre entre OSC et élus locaux de la région du Centre-Ouest a offert l’occasion de discuter autour des thématiques du panel. Ainsi, pour la première journée, il s’est concrètement agi de présenter la notion de contrôle citoyen à travers son fonctionnement, ses outils de travail ; de faire l’état des lieux des secteurs de la santé et de l’éducation dans la région du Centre-Ouest. Il s’est agi également de faire une présentation des prospections de l’année 2018 de la commune de Koudougou et l’état des lieux du fonctionnement et de la gestion de la gare routière.

Panel de contrôle citoyen : organisation, fonctionnement et outils de travail

Le panel de contrôle citoyen renvoie à un groupe de citoyens/citoyennes engagés dans la veille, le suivi et le contrôle de l’action publique locale. Il est composé de 15 personnes émanant d’organisation de la société civile (OSC) présentes à Koudougou et actives dans le domaine de la gouvernance. Il est prévu à la fin de chaque année, l’organisation d’un forum au cours duquel le panel présente les principaux résultats obtenus ainsi qu’une note de plaidoyer. Le panel de contrôle citoyen dispose de tableaux de bord où mention est faite des déclinaisons précises des domaines par thème de travail. Il y a également l’existence d’indicateurs, de guides d’entretiens construits à partir des questions clés du tableau de bord.

La santé dans le Centre-Ouest

Pascal Ouédraogo, représentant de la direction de la santé du Centre-Ouest, faisant l’état des lieux du secteur de la santé soutient que la région dispose en tout de 206 formations sanitaires, à raison d’une formation sanitaire tous les six kilomètres.
Le ratio en termes de médecin par habitants est de 1/ 65 548, pendant que la norme est fixée à 1 médecin / 10 000 habitants. Celui d’infirmier est d’1/ 4557 habitants. Le ratio pharmacien par nombre d’habitants, lui, indique 1 / 194 751. (cf. données 2017)
Selon le communicateur, la région n’a pas connu d’épidémies depuis ces cinq dernières années. Cependant, il note qu’en cette année 2017, le Centre-Ouest connait une flambée de la dingue, qui de ses dires, n’a pas encore atteint le seuil d’épidémie. Et de rappeler par ailleurs que le paludisme reste le premier motif de consultation avec 928 649 cas dont 33 168 cas de paludisme grave avec 200 décès. (cf. données 2017). La région du Centre-Ouest par rapport au taux d’infection du VIH/ SIDA est classée deuxième après le Centre, ce, avec un taux de prévalence de 2,3% (classement de 2016).

M. Ouédraogo, tout en notant un approvisionnement régulier en intrants n’a pas omis de relever l’insuffisance du personnel de santé, d’infrastructures sanitaires, et l’absence de personnel spécialisé. Ainsi, comme perspectives, il faut « renforcer les compétences des agents de santé et la communication sur les principales maladies à potentiel épidémique, faire un plaidoyer auprès des autorités locales afin d’appuyer les techniciens de santé dans leurs actions », a dit le communicateur.

L’éducation primaire dans la région du Centre-Ouest

Selon Batia Sogo, directeur régional de l’éducation nationale, le Centre-Ouest compte deux directions régionales à savoir la direction de l’éducation primaire et non-formelle, et la direction du post-primaire. Il a été question pour le directeur régional de faire un état des lieux de l’éducation primaire dans la région à travers ce qu’il a décidé d’appeler tendances lourdes et enjeux et défis. Afin de mieux présenter les tendances lourdes, le communicateur est parti de trois angles d’analyse (accès, qualité, et pilotage du système).

L’accès à l’éducation non-formelle en 2012 était de 3596 et 3627 en 2016 et le taux de préscolarisation a régressé de 3 à 2,2%. Les structures d’accueils du préscolaire sont insuffisantes, soit cinq au total pour l’ensemble de la région. Au niveau du primaire, les effectifs ont évolué de 256 009 en 2012 à 281 721 pour l’année 2016. Quant au taux brut de scolarisation, lui, a régressé de 112,2 à 106,5%. Cet état de fait s’explique par le fait que la politique gouvernementale favorise plus l’inscription de la jeune fille.

La qualité des systèmes, des dires du communicateur, se calcule en fonction du taux de succès lors des examens. Et de préciser que le taux de succès au CEP a connu, cette année, une baisse par rapport à l’année précédente. Le taux d’achèvement (nombre d’inscrits au CP1 qui ont pu achever leur cycle primaire) et en quelque sorte lié à la qualité des systèmes est en baisse et en deçà de la moyenne nationale. Le Centre-Ouest, c’est aussi 22,27% d’écoles sans cantines scolaires, et un manque criard d’enseignants.

Le pilotage du système concerne surtout la gouvernance, la gestion efficace et efficiente des ressources, la gestion des carrières ainsi que la planification et l’évaluation des activités.

Abordant les enjeux et défis au niveau de la qualité, résorber la question des écoles sous-paillotes et les salles de classes à abri précaire, améliorer la couverture et la durée de la cantine scolaire, sont les quelques éléments cités par M. Sogo. Pour ce qui est du pilotage, le directeur régional estime qu’il faut réussir la décentralisation de l’éducation, renforcer les capacités des collectivités, et allouer des budgets conséquents aux structures.

Prospection 2018 de la commune de Koudougou

JPEG - 84.2 ko
OSC et élus locaux du Centre-Ouest lors des échanges pour l’amélioration de la gouvernance locale

Il s’est agi pour les communicateurs de présenter le budget communal 2017-2018 ainsi que les principales prévisions d’investissement pour 2018.
Au titre du budget de fonctionnement, les prévisions pour ce qui est des recettes et dépenses étaient de l’ordre de 1 026 027 066 FCFA. La réalisation de ces prévisions au 31 octobre 2017 se chiffre à 794 547 803 FCFA soit 77% pour les recettes et 282 727 738 FCFA, environ 28% pour les dépenses. Les prévisions de 2018 sont estimées à 1 024 522 090 FCFA. Le budget prévisionnel d’investissement, parlant des recettes, était de 954 309 290 FCFA. Le taux de réalisation à la date du 31 octobre 2017 est de 12% avec un montant de 117 029 091 FCFA. Pour 2018, ce sont 350 815 581 FCFA qui sont prévus.

La gare routière de Koudougou

La gare routière, construite en 2012 sur financement de la coopération suisse a été mise en service le 30 mars 2016 et sa gestion confiée à la Régie autonome de gestion des infrastructures marchandes(RAGIM). Elle a une superficie de 4,65 hectares. La gare routière a un niveau d’occupation d’environ 80% en termes d’occupation d’ouvrages. La fréquence est de 68 départs de cars par jours pour toutes les catégories de véhicules avec une estimation de 3 000 passagers et usagers par jour.
Le niveau de recouvrement des recettes d’avril à décembre 2016 est de 12 084 000 FCFA, soit 8 900 000 FCFA pour la taxe de stationnement et 3 183 500 FCFA pour les loyers. De janvier à octobre 2017, le recouvrement est estimé à 16 041 000 FCFA soit 13 173 000 FCFA pour la taxe de stationnement et 2 868 000 FCFA pour les loyers. Pour les prévisions de 2018, le recouvrement des recettes est estimé à 20 290 000 FCFA avec 15 210 000 FCFA pour la taxe de stationnement et 5 080 000 FCFA pour les loyers.

Pour les communicateurs, les difficultés faisant obstacle au fonctionnement et à la gestion de la gare routière sont entre autres le faible éclairage de la gare due à l’insuffisance des ressources financières affectées au budget de fonctionnement, la faiblesse des ressources financières pour terminer la deuxième phase de construction de la gare routière et l’absence de caniveaux à la devanture de la gare routière.
Pour la seconde journée, l’état des lieux de l’accès à l’eau potable et à l’assainissement dans la région et la présentation d’une plateforme dénommée « CivitACt » sont prévus.

Selon Armand Kaboré, secrétaire permanent de Labo citoyennetés, ces deux journées de dialogue visent à améliorer la gouvernance locale. Il est également attendu, à l’issue de l’atelier une connaissance plus ample de la démarche de travail du panel et de ses outils.

Pour rappel, la commune de Koudougou est l’une des 38 communes que compte la région du Centre-Ouest. Elle couvre une superficie de 580 Km2 et regroupe dix secteurs et 22 villages rattachés. Selon les projections de 2017 de l’Institut national de la statistique et de la démographie(INSD), la commune a une population estimée à 183 332 habitants dont 89 304 hommes et 94 028 femmes. Le conseil municipal a été installé le 20 juin 2016 et regroupe 74 conseillers municipaux avec 69 hommes et 05 femmes.

Tambi Serge Pacôme Zongo (Stagiaire)
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Météo
Koudougou
Très nuageux, Humididté : 70%
Max : °C
Min : °C

30°C
Très nuageux
Mardi
Inconnu
23|30°C
Mercredi
Soleil et nuages épars
23|33°C
Jeudi
Soleil et nuages épars
23|33°C
Vendredi
Orage épars
22|33°C
Samedi
Orage
23|33°C
Newsletter
Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité
du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter