Nous sommes le  

Accueil > Actualité > Université Norbert Zongo de Koudougou : construction prochaine d’une Unité de (...)

Université Norbert Zongo de Koudougou : construction prochaine d’une Unité de formation et de recherches en sciences et techniques (UFR/ST) et d’une cité universitaire

dimanche 21 janvier 2018

Une délégation de la Banque arabe pour le développement en Afrique(BADEA), conduite par le directeur général, Docteur Sidi Ould Tah, et le ministre de l’Economie, des finances et du développement, Rosine Coulibaly/Sori, ont procédé, le samedi 20 janvier 2018, à l’Université Norbert Zongo de Koudougou, à la signature d’une convention de prêt pour le financement d’un projet de construction et d’équipement d’une Unité de formation et de recherches en sciences et techniques(UFR/ST), et d’une cité universitaire pour le compte de ladite université.

Université Norbert Zongo de Koudougou : construction prochaine d’une Unité de formation et de recherches en sciences et techniques (UFR/ST) et d’une cité universitaire

Visites de chantiers, lancement de travaux, etc., c’est bien le quotidien de la délégation de la Banque arabe pour le développement en Afrique(BADEA) dans le cadre sa visite au Burkina Faso.

En effet, partenaire de longue date du pays des Hommes intègres, la BADEA participe à son développement à travers divers financements dans plusieurs secteurs. Alors, s’enquérir non seulement de l’état d’avancement des projets financés, mais aussi renforcer cette « vieille » coopération bilatérale, c’est bien la raison qui justifie ces nombreuses visites de la délégation arabe dans certaines localités du pays. C’est dans ce même cadre que s’inscrit le déplacement de la délégation conduite par son directeur général, Dr Sidi Ould Tah et du ministre de l’Economie, des finances et du développement, Rosine Coulibaly/Sori, dans la cité du Cavalier rouge.

Il s’est donc agi dans ladite cité, de procéder à la signature d’une convention de prêt pour le financement d’un projet de construction et d’équipement d’une Unité de formation et de recherches en sciences et techniques (UFR/ST), et d’une cité universitaire pour le compte de l’Université Norbert Zongo.

Ainsi, le maire de la commune de Koudougou, Mocktar Zongo, disant toute la joie de sa commune d’accueillir ces infrastructures, a également tenu à remercier l’autorité pour la délocalisation de la signature de convention. Il a par ailleurs promis de tout mettre en œuvre pour dégager l’espace nécessaire pour la réalisation du projet.
Pour le premier responsable de l’Université, le Pr Nicolas Barro, c’est de même avec un grand plaisir qu’il dit accueillir cet acte du partenaire et du ministère des finances. Aussi, rappelant la capacité et la place de son Université au Burkina Faso, il montre déjà son impatience quant à la réalisation des infrastructures. « L’Université Norbert Zongo est la deuxième Université au Burkina Faso avec près de 30 000 étudiants(…), nous avons hâte de voir le projet se concrétiser », a fait savoir le président de l’Université.

JPEG - 81.4 ko
Docteur Sidi Ould Tah, DG de la BADEA et Rosine Coulibaly-Sori, des finances du Burkina échangeant les différents parapheurs après signature

Justin Nébié, délégué général de l’UFR/ST de l’Université Norbert Zongo, qui dit approuver la signature de la convention parce qu’elle va servir à réduire les peines vécues sur le campus, ne s’est tout de même pas gardé d’égrener ces peines. C’est ainsi qu’il lâche entre autres difficultés : « L’Université Norbert Zongo connait un déficit criard d’infrastructures ; nous avons seulement 915 étudiants logés en cités universitaires, etc. », a déploré le délégué général de l’UFR.

Alkassoum Maïga, ministre de l‘Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation, a salué cette initiative de délocalisation de la signature de convention qu’il a d’ailleurs qualifiée de première dans leur milieu. Tout en faisant le rappel du nombre d’étudiants arrivés dans les Universités publiques du Burkina au titre de l’année en cours (28 000 et 3 000 en provenance de la Côte d’Ivoire), il a dit toute sa reconnaissance au partenariat entre l’institution financière et le ministère de l’économie. Et surtout pour l’attention portée à ce secteur sensible qu’est l’enseignement supérieur. S’adressant aux étudiants, il les a invités à s’inspirer du vécu de l’illustre disparu Norbert Zongo ce, en réfléchissant et en agissant comme lui.

Quant à celui qui a conduit cette délégation de la Banque arabe pour le développement en Afrique(BADEA), Dr Sidi Ould Tah, il a été question de revenir sur la qualité du partenariat : « Le partenariat entre la BADEA et le gouvernement du Burkina Faso est un partenariat très fort, diversifié ». Il a apporté après des précisions sur les priorités de la coopération bilatérale. « Conformément au Plan national de développement économique et social(PNDES), le secteur de l’enseignement supérieur a été retenu comme une des priorités de l’action conjointe de la BADEA et du gouvernement du Burkina Faso », a déclaré le directeur général. Pour ce dernier, la signature de cette convention est la preuve réelle de l’importance qu’accorde le gouvernement du Burkina et son institution à l’enseignement supérieur. Il a terminé son propos par des promesses. « Cette importance accordée à ce secteur par nos deux institutions se manifestera sous d’autres formes et interventions », a promis Dr Sidi Ould Tah.

Le ministre de l’Economie, des finances et du développement, Rosine Coulibaly/Sori, chiffrant le coût du projet à environ 19 milliards de FCFA avoue aller au-delà de ce montant mobilisé par le bailleur de fonds. Elle s’est également évertuée à faire un rappel de cette coopération entre l’Etat burkinabè et l’institution banquière. A cet effet elle a affirmé : « La BADEA a été créée, il y a 44 ans de cela. L’institution a 43 ans de coopération avec le Burkina Faso(…) », a rappelé Mme le ministre. Elle a en sus indiqué : « C’est un partenaire qui s’est engagé depuis la conférence de Paris sur le financement du PNDES ; cet engagement se concrétise aujourd’hui par un certain nombre d’accords (enseignement supérieur, barrage de Ziga, etc. ». Terminant ses propos, le ministre Rosine Coulibaly/Sori a appelé les Burkinabè à honorer à cet accompagnement.

Un second accord a en outre été signé. Il concerne un accord cadre pour la protection des investissements avec le secteur privé. De manière plus explicite, c’est un document général qui a pour objectif de définir les relations partenariales entre la BADEA et le secteur privé.

Le projet de construction de l’UFR/ST de l’Université Norbert Zongo prévoit une administration(R+1), un bloc pédagogique(R+2), un amphithéâtre de 350 places, une bibliothèque et centre multimédia, etc. Pour la deuxième partie du projet, la cité universitaire, il est prévu entre autres, 03 blocs d’hébergements étudiants(R+3) avec une capacité de 500 lits par bloc d’hébergement, un restaurant de 800 places, un foyer.

Tambi Serge Pacôme Zongo(Stagiaire)
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Météo
Koudougou
Très nuageux, Humididté : 11%
Max : °C
Min : °C

30°C
Très nuageux
Samedi
Soleil
22|40°C
Dimanche
Soleil
24|40°C
Lundi
Soleil voilé
26|39°C
Mardi
Soleil et nuages épars
26|38°C
Mercredi
Soleil et nuages épars
26|38°C
Newsletter
Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité
du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter